Twilight_3_Affiche_Teaser_France

Oh rage, oh désespoir, mais quelle affreuse idée ! On s'est bougé les fesses pour aller voir l'avant dernier film Twilight, donc, en avant-première. Quel sens du sacrifice, j'ai envie de dire, que de se mêler aux fangirls hystériques et de trouver une malheureuse place pour assister au spectacle. Au spectacle d'une jeune adolescente qui n'a qu'une seule question en tête : nécrophilie ou zoophilie...
Alors on va éviter de se lancer dans la guerre des clans des deux bellâtres (parce que l'un des deux est franchement laid), mais la symbolique du choix est un poil dérangeante, franchement. Et le film s'amuse à jouer de clichés qui font mouche, surtout dans une salle remplis de fan, et on entend sa voisine soupirer de plaisir à chaque apparition du mort-vivant, tandis que la moitié pousse un cri strident dès que le loup-garou montre son joli minois, où oublie de mettre un t-shirt.

Finalement, le spectacle est autant dans la salle que sur la toile. Le publique réagit à tout, et même à rien. Et parfois, réagit mal. Scène dramatique, et on entend des rires massifs. OK. Demande en mariage ? On entend des rires (et on se retient d' hurler : "Mais elle est trop laide ta bague, crevard !"). On en finit par en rire, on ne risque pas de louper grand chose à l'écran. C'est sympa ce qui s'y passe, mais c'est tellement téléphoné, que bon... Les deux pires ennemis qui nous font presque un remix de Brokeback Mountain, sous la tente, en tissant presque des liens d'amitiés. Presque hein. Mais ce fondu au noir m'a passablement troublé, laisseraient-ils tombés la greluche adolescente pour s'adonner a des plaisirs différents ? Mystère... Une petite expérience avant la décision finale, qui sait.

On ressort en ayant quand même l'impression d'avoir revu le second, mais en mieux. On part du même point pour arriver, plus ou moins, au même résultat. Le cheminement est différent, certes, mais ça stagne, ça fait du surplace, et on arrive pas vraiment à quelque chose.

Comme c'est étonnant.